LE Vin BIO sans sulfite ajouté

Dérivés de l'acide sulfureux, les sulfites ont des propriétés antioxydantes. C'est pourquoi certains viticulteurs en utilisent pour conserver leur vin plus longtemps. Cependant, ils sont aussi présents à l'état naturel dans le vin (sulfites indigènes) et peuvent aussi être un sous-produit de la fermentation. Il n'est écrit nulle part que les sulfites sont interdits dans les vins bios, ni dans les chartes biologiques ni dans la biodynamie. Il est utilisé pour éviter que le vin ne s’oxyde ou ne tourne au vinaigre, notamment pendant le transport. L'anhydride sulfureux était déjà utilisé par les Romains pour la conservation de leurs vins.

Le soufre est utilisé à la vigne, comme produit préventif non toxique pulvérisé à sec (soufre fleur) ou en solution dans l’eau (soufre mouillable) sur le feuillage. Il aide à lutter contre l’oïdium : en baissant le pH des feuilles (les rendant un peu plus acides), il empêche le champignon de se développer. Il est également utilisé au chai, sous forme d’anhydride sulfureux (SO2). Il est ajouté au moût de raisin et au vin pour le protéger contre l’oxydation et éviter qu’ils ne tourne au vinaigre.

Le soufre ajouté au chai se retrouve dans le vin sous les formes combiné ou libre :


Les labels bio imposent des doses 2 fois inférieures à ce qu'impose la législation en matière de dose maximale autorisée de SO2 total.

Les normes de SO2 selon les cahiers des charges

Les différentes marques et labels de vins biologiques et biodynamiques ont fixé dans leurs cahiers des charges de doses de SO2 à ne pas dépasser. Il s’agit de normes maximales de SO2 total exprimées en mg/L.

Teneur en SO2 max. autorisée en mg/L

À savoir

 
 

> Voir notre sélection

Pour en savoir plus :